Décroissance·Pensées

Qu’est-ce qui nous unit

 

J’ai eu l’idée de cet article en tombant sur un extrait du bouquin de Roger Pol Droit (portant le même titre, en lien ici), livre qui traite de la France en tant que nation. En toute logique l’article qui suit est n’a aucun rapport.

Il parle du lien entre moi et les 13 personnes qui ont jusqu’ici visité ce blog #superstar.
Prenons les choses au commencement. Comme beaucoup, je suis lectrice de blog beauté et consommatrice de vidéo YT sur le même thème.
Et comme certaines, j’ai évolué en me tournant vers des blogs plus lifestyle (type minimaliste), zéro déchet, beauty éco-friendly etc… Cela dit toujours dans cette optique bien être/beauté, jusqu’à créer mon propre blog, comme ayant envie de partager un peu de ce qui m’attire dans cet univers.

Mais enfin que partage-t-on ? Instinctivement je dirais principalement des produits (de grandes marques) qui plus est déjà partagés par d’autres.

MAc

Je vous avoue que c’est troublant, sans vouloir faire étalage : j’ai des rouges à lèvres Mac, Kiko, des fards Urban Decay et même une Clarisonic. Pourtant, je n’ai pas envie d’écrire dessus, pourtant je suis certaine que c’est quand on parle de ces produits que le compteur de visite explose.

Merci à celles qui en ont parlé :

Je reste lectrice de blog conventionnels, j’adore ça, l’esthétique est agréable, je découvre, j’évite d’acheter des merdes quand je souhaite acheter…
Et je ne considère pas ces blogs comme des vitrines commerciales, au contraire, on y trouve quelque chose (surtout chez les blogueuses qui démarrent) qui relève de la pure authenticité. Pourtant je ne me vois pas dans ce rôle.

Une histoire d’objet :

Je m’explique, voilà la théorie d’une relativiste.
L’objet du partage n’est pas un produit, c’est une expérience beauté. Et cette expérience résonne en mon fort intérieur comme quelque chose d’intime et d’unique, quelque chose qui pour moi est difficile à partager.

Donc ce qui nous unit, ce sont des expériences et non des objets. L’expérience peut d’ailleurs avoir lieu avec un objet moins cher (je pense au Dupe). Et si elle ne peut avoir lieu sans l’objet, elle aura lieu peut être plus tard, l’objet prenant place avec élégance sur une wishlist. (Je pense que ce paragraphe aurait pu être écrit par n’importe quel membre du service marketing de n’importe quelle marque).
A titre d’exemple, mon expérience olfactive avec le henne ou certains produits Lush (je pense au masque H’Suan Wen Hua) a été exquise, alors que j’ai pu lire ou entendre que l’odeur de ces objets était  »à gerber ». Comprenez mon désarroi.
Du coup, sur ce blog, on va simplement continuer à parler d’objets, de ce qu’il y a dedans et de ce que l’on peut en faire… éventuellement.

Je note que cet article (après un bon démarrage) est quand même sensiblement devenu n’importe quoi.

 

Alors j’ai envie de dire, partagez des expériences et surtout du love.

 

Bien à vous.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s