Non classé·Pensées

MAC, la collection Vibe Tribe, la Palette Aïd & l’appropriation culturelle :

 

Plusieurs vidéos et articles sur la blogosphère US ont parlé de la collection Vibe Tribe de Mac à travers un thème très peu évoqué par les blogueuses/youtubeuses françaises : l’appropriation culturelle (ici des traditions des natifs américain/indiens d’Amérique).

Alors certes, de part notre histoire nous n’avons pas la même sensibilité à cette thématique, mais je crois aussi,  qu’on est particulièrement mal alaise en ce qui concerne les problèmes que peuvent vivre les minorités. Et puis merde, la beauté c’est un truc léger !

MAC-Vibe-Tribe-Summer-2016-Collection

N’étant moi même ni américaine ni indienne d’Amérique, je ne m’étendrai pas sur les problèmes que soulèvent la collection Vibe Tribe, pour cela je vous renvoie d’avantage à CET ARTICLE du Huff Post.

 

Pour ma part je vais d’avantage vous parler de la palette sortie par MAC à l’occasion de l’AÏd qui vise à célébrer la fin du Ramadan.
(Pour info les musulmans ont 2 fêtes de l’Aid, la première cité ci dessus, et la seconde qui vise à célébré le sacrifice que s’apprêtait à faire Abraham)

Revenons à nos moutons (attentions jeu de mots !).
L’appropriation culturelle, c’est quoi ?

Pour simplifier l’appropriation culturelle c’est (dans la conception Anglo-Saxonne) : le fait pour une culture dominante d’utiliser des éléments (souvent folklorique) d’une culture dominée, conduisant en réalité à la dépouiller de sa substance.

 

Pour la culture arabe, cela reviendrait à la résumer au couscous, au thé à la menthe et aux danseuses orientales (passant sous silence toute le génie de cette culture). C’est le type de campagne de pub que l’ont a chaque année chez Carrefour pendant le Ramadan, avec des chameaux, toussa toussa.

 

Ici, nous avons donc une image en fond renvoie aux mosaïque/à la calligraphie arabe ET un message en dessous qui dit Aid Moubarak  qui revoie à un concept religieux. Je vous met le lien ICI
Vous l’aurez compris publicité, (outre le problème d’appropriation culturelle qu’elle pose) conduit à entretenir l’amalgame : ARABE MUSULMAN.
Vous noterez aussi, que c’est un peut emmerdant quand t’as 1,5 milliards de musulman pour 450 millions d’arabes (dont une partie de chrétiens et de juifs) … Et oui, c’est énervant à l’heure ou des musulmans de toutes origines (Turques, Pakistanais, indonésiens…), mais aussi les Chrétiens Arabes se battent sans cesse face à cette idée tenace !

 

Que penser ?

On peut avoir deux grandes réactions face à ce type de campagnes.

* La première, c’est que ça emmerde tellement les extrémiste laïque, que c’est certainement un bon signe en terme de ‘’normalisation’’ de musulmans de France. (CF les réactions complètement dingue face à la collection D&G pour les femmes voilées, qu’une femme politique a simplement traité d’esclaves négrières #ToutVaBien)

* La seconde, c’est que pour ce qui est de se faire du fric sur une culture, y’a du monde, mais pour embauché des arabes, ailleurs comme vigile (Notamment à carrefour), là y’a plus personne (& oui, je reprends volontairement la confusion arabe/musulman).

 

Pour ma part j’ai beaucoup de mal à me positionner dans ce type de débat.
Car même si l’amalgame cité plus haut me gonfle au plus au point, je crois que MAC est une compagnie qui célèbre les beautés plurielles (nombreuses teintes proposées/ campagnes de pubs avec des mannequins noires…). Il convient aussi de se souvenir que l’intention de MAC est certainement de vendre au public le plus large qui soit  (des musulmanes, à des arabes, à des fans de beauté orientale…), d’ou ce type de campagne mi figue mi raisin.

 

Alors, non je n’achèterai pas la palette car je trouve qu’elle ne casse pas des briques. Mais je trouve que MAC défie aussi les règles du marché de la beauté français, et ça fait bien plaisir.

 

 

Et des Bisous tout doux.

 

Décroissance·Pensées

Qu’est-ce qui nous unit

 

J’ai eu l’idée de cet article en tombant sur un extrait du bouquin de Roger Pol Droit (portant le même titre, en lien ici), livre qui traite de la France en tant que nation. En toute logique l’article qui suit est n’a aucun rapport.

Il parle du lien entre moi et les 13 personnes qui ont jusqu’ici visité ce blog #superstar.
Prenons les choses au commencement. Comme beaucoup, je suis lectrice de blog beauté et consommatrice de vidéo YT sur le même thème.
Et comme certaines, j’ai évolué en me tournant vers des blogs plus lifestyle (type minimaliste), zéro déchet, beauty éco-friendly etc… Cela dit toujours dans cette optique bien être/beauté, jusqu’à créer mon propre blog, comme ayant envie de partager un peu de ce qui m’attire dans cet univers.

Mais enfin que partage-t-on ? Instinctivement je dirais principalement des produits (de grandes marques) qui plus est déjà partagés par d’autres.

MAc

Je vous avoue que c’est troublant, sans vouloir faire étalage : j’ai des rouges à lèvres Mac, Kiko, des fards Urban Decay et même une Clarisonic. Pourtant, je n’ai pas envie d’écrire dessus, pourtant je suis certaine que c’est quand on parle de ces produits que le compteur de visite explose.

Merci à celles qui en ont parlé :

Je reste lectrice de blog conventionnels, j’adore ça, l’esthétique est agréable, je découvre, j’évite d’acheter des merdes quand je souhaite acheter…
Et je ne considère pas ces blogs comme des vitrines commerciales, au contraire, on y trouve quelque chose (surtout chez les blogueuses qui démarrent) qui relève de la pure authenticité. Pourtant je ne me vois pas dans ce rôle.

Une histoire d’objet :

Je m’explique, voilà la théorie d’une relativiste.
L’objet du partage n’est pas un produit, c’est une expérience beauté. Et cette expérience résonne en mon fort intérieur comme quelque chose d’intime et d’unique, quelque chose qui pour moi est difficile à partager.

Donc ce qui nous unit, ce sont des expériences et non des objets. L’expérience peut d’ailleurs avoir lieu avec un objet moins cher (je pense au Dupe). Et si elle ne peut avoir lieu sans l’objet, elle aura lieu peut être plus tard, l’objet prenant place avec élégance sur une wishlist. (Je pense que ce paragraphe aurait pu être écrit par n’importe quel membre du service marketing de n’importe quelle marque).
A titre d’exemple, mon expérience olfactive avec le henne ou certains produits Lush (je pense au masque H’Suan Wen Hua) a été exquise, alors que j’ai pu lire ou entendre que l’odeur de ces objets était  »à gerber ». Comprenez mon désarroi.
Du coup, sur ce blog, on va simplement continuer à parler d’objets, de ce qu’il y a dedans et de ce que l’on peut en faire… éventuellement.

Je note que cet article (après un bon démarrage) est quand même sensiblement devenu n’importe quoi.

 

Alors j’ai envie de dire, partagez des expériences et surtout du love.

 

Bien à vous.